D’après une histoire vraie par Delphine de Vigan

D’après une histoire vraie par Delphine de Vigan, 484p., JC Lattès, 24,00€

Résumé

«Tu sais parfois, je me demande s’il n’y a pas quelqu’un qui prend possession de toi.»


Biographie

Après une formation au Centre d’Etudes Littéraires et Scientifiques Appliquées, elle devient directrice d’études dans un institut de sondages. Sous le pseudonyme Lou Delvig, elle écrit son premier roman, d’inspiration autobiographique: Jours sans faim (2001), qui raconte le combat d’une jeune femme contre l’anorexie. Un recueil de nouvelles et un second roman suivent, en 2005, publiés sous son vrai nom. En Août 2008, Delphine de Vigan se distingue avec No et moi qui reçoit le Prix des libraires, le Prix du Rotary et est adapté au cinéma par Zabou Breitman. Dans Les heures souterraines, publié l’année suivante et nominé au Goncourt, elle dénonce le harcèlement moral dans le monde du travail. En 2011, parait Rien ne s’oppose à la nuit, lui aussi en lice pour le Goncourt et raconte les souffrances de sa mère atteinte de trouble bipolaire. Il obtient le Prix du roman Fnac, le Prix des lectrices de Elle, le Prix France Télévisions et le Prix Renaudot des lycéens. Cette même année, elle co-signe avec Gilles Legrand, le scénario du film, Tu seras mon fils. En 2013, Delphine de Vigan réalise son premier film, A coup sûr, (sortie en janvier 2014), dont elle cosigne, avec Chris Esquerre, le scénario. En 2015, elle obtient le Prix Renaudot et le Prix Goncourt des lycéens avec son nouveau roman D’après une histoire vraie.


Critique littéraire

Peu de gens sont capables de venir nous chercher là où nous sommes vraiment.

D’après une histoire vraie est un livre qui m’avait interpellée depuis pas mal de temps au vu de sa couverture originale représentant trois photos mystérieuses en noir et blanc qui laissent à penser à une forme de schizophrénie, et de son titre interlocuteur. Les romans où l’histoire se déroule dans une atmosphère tendue remplie de suspens n’étant pas de mes préférés, et imaginant l’écrit de Delphine de Vigan comme tel, j’ai longtemps hésité avant de me l’acheter, me demandant s’il n’allait pas finir par se glisser dans le décor d’une des étagères de ma bibliothèque.

Lorsque j’ai décidé de commencer ma lecture, dès les premières phrases lues, j’ai compris qu’il n’en serait rien. J’ai fait, pour ainsi dire, un gros plongeon spontané, la tête la première, dans cette intrigue qui m’a attirée avec elle malgré moi. Le sentiment qui prit alors progressivement possession de moi m’émerveilla: je me revoyais à l’âge de 9 ou 10 ans, à l’âge où j’ai commencé à dévorer les livres, ses premiers frissons de plaisir que j’avais ressentis à la lecture d’un roman qui m’invitait à réfléchir afin de percer le suspens.

Je qualifierais D’après une histoire vraie d’un chef-d’oeuvre, tout simplement. 479 pages, j’ai ouvert le livre deux fois. Avalé en deux bouchées. Et quel régal! L’auteure a réussi à m’intriguer au plus haut point, à la limite de l’obsession. J’étais tellement prise par l’évolution de la relation qui était en train de se développer entre Delphine, le personnage principal, et L., sa nouvelle amie rencontrée lors d’une soirée, que mes doigts se desserraient de mon livre seulement quand j’avais soif, ou faim, ou avais une petite envie pressante.

L. se révèle être une amie compatissante, à l’écoute et attachante, même si elle se montre quelquefois indiscrète. Lors de leurs rencontres, Delphine nageait dans une avalanche de questions sur sa vie personnelle, ce qui ne tarda pas à la mettre en garde à un moment donné. Delphine est écrivaine, L. écrit les histoires des autres, pour les autres. Elles ont beaucoup de points en commun, se ressemblent de plus en plus en se découvrant: n’importe qui pourrait s’y tromper. Il m’a été impossible de me concentrer sur autre chose avant de finir ma lecture, découvrant, stupéfaite, une chute finale extraordinaire.

C’est avec les mêmes frissons qu’au départ, peut-être même amplifiés, que je referme ce livre, en soufflant. Un souffle au sens positif, un souffle de satisfaction acquérie. Mon plaisir de lecteur a été entièrement comblé: je me retrouve avec la satisfaction d’avoir lu quelque chose d’intrigant, de spécial, de psychologique et philosophique. Une lecture qui m’a amenée à réfléchir tout en voyageant au fil des scénarios qui se dessinaient devant mes yeux qui suivaient ces mots imprimés noir sur blanc, porteurs d’un message fort et important. La Vérité… Je reste complètement stupéfaite par l’impressionnant travail de l’auteure, tant à l’imaginaire qu’au rédactionnel.

« Si tu ne saisis pas le petit grain de la folie chez quelqu’un, tu ne peux pas l’aimer. Si tu ne saisis pas son point de démence, tu passes à côté. Le point de démence de quelqu’un, c’est la source de son charme. »


liens

Commander D’après une histoire vraie chez Le Livre de Poche

Commander D’après une histoire vraie chez Club

Commander D’après une histoire vraie sur Amazon


Je vous remercie d’avoir choisi de lire cette critique.

À bientôt!

Le Blog Littéraire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s