Le crime du comte Neville par Amélie Nothomb

Le crime du comte Neville Amélie Nothomb Éditions Albin Michel chronique avis note blog littéraire résumé biographie wordpress
Le crime du comte Neville par Amélie Nothomb, 144p., Albin Michel, 15,00€

 

 

Résumé

 

« Ce qui est monstrueux n’est pas nécessairement indigne. »

 

Biographie

 

Depuis 1992 et Hygiène de l’assassin, tous les livres d’Amélie Nothomb ont été publiés aux éditions Albin Michel. Elle a reçu, entre autres, le prix Chardonne, le Grand prix du roman de l’Académie française, le prix de Flore, et le Grand prix Jean Giono pour l’ensemble de son oeuvre.

Ses oeuvres sont traduites dans 40 langues, des U.S.A. au Japon.

www.amelie-nothomb.com

 

Ce n’est pas en lisant qu’on change. Il faut vivre.

 

Mon avis

 

Des frissons me parcoururent le corps dès la fermeture du livre, pour de diverses raisons : l’étonnement à propos de la chute à la fin du roman, l’enchantement d’avoir pris, comme à chaque fois, autant de plaisir à dévorer un Amélie Nothomb, mais surtout la dure prise de conscience qu’il fallait à présent attendre un an pour pouvoir lire un nouvel ouvrage rédigé par cette dernière.

 

Si on m’avait demandé de définir ce livre avec un seul adjectif, nul doute que j’aurais dit « profond ». Profond, car malgré le fait qu’il se lit d’une traite, Amélie, avec son style d’écriture exceptionnel, arrive à nous faire « entrer dans la tête des personnages », à percevoir leurs personnalités. À un tel point, que je me demandais parfois s’il n’y avait pas dans ce livre, énormément de lien avec la vie d’Amélie Nothomb elle-même. Ce livre nous fait également découvrir un autre monde ; celui de la noblesse. Il nous plonge au coeur d’une famille noble, vivant dans un château, dans leur vie privée, où l’on découvre le vrai fonctionnement de cet « autre monde ».

 

Je pense aussi que beaucoup d’adolescents de notre époque peuvent s’identifier à Sérieuse, la fille du comte Neville. « Taciturne, fermée, mal dans sa peau ». Ce que vivent beaucoup d’adolescents dans notre société actuelle. Et ce qui est magique, c’est qu’avec la chute de ce livre, tous ces adolescents auront la chance de découvrir que tout cela peut changer à tout instant. Je ne rentrerai pas dans les détails afin de laisser le suspens et le plaisir de la découverte aux lecteurs.

 

J’ai adoré les quelques passages où Amélie revenait sur le passé des membres de la famille, ce qui nous plongeait dans leur histoire personnelle, et l’on arrivait à saisir le pourquoi du comportement de chacun d’eux.

 

Je tenais à féliciter Amélie Nothomb pour son unique sens de l’humour dans l’écriture de ce roman, et pour son personnage « Alexandra », la femme du comte Neville, à qui elle a donné une personnalité extraordinaire. Une joie de vivre hors normes. En effet, si quelqu’un parle de quelque problème dans le monde que ce soit, Alexandra répond aussitôt, et avec le sourire: « Venise s’enfonce! », ce qui est un fait, mais nous ne pouvons rien y changer pour autant. Alexandra aime la vie, et ne veut pas la passer à se morfondre sur les problèmes.

 

J’ai également adoré l’humour d’Amélie lorsqu’elle utilise le mot « ressentis ». Lors de la rencontre avec la voyante, cette dernière avait fait la remarque au comte Neville de ne pas assez s’intéresser aux « ressentis » de sa fille Sérieuse. Et lorsque le comte Neville apprit que la voyante avait osé téléphoner à sa femme pour la prévenir concernant la fugue de sa fille, celui-ci écrivit une lettre à la voyante, dont la dernière phrase est:  « Croyez en mes ressentis agacés. »

 

Ayant vécu depuis mes 8 ans dans la province du Luxembourg, à Arlon plus précisément, cela m’a touché de pouvoir m’identifier aux lieux où se déroulait l’histoire et aux lieux cités tels qu’ « Arlon » et « Meix-le-Tige », où j’ai fait mes primaires.

 

Enfin, Amélie a su, comme toujours, me faire voyager le temps d’une heure de lecture, comme aucun autre auteur à ce jour n’a réussi à le faire, de part son style d’écriture qui va toujours à l’essentiel, ne se préoccupant pas durant une ou deux pages à parler du paysage et du beau temps. Un véritable régal, de la première à la dernière ligne!

 

Liens utiles

 

 

 

 

Je vous remercie d’avoir choisi de lire cette chronique. À bientôt!

Capture

 

 

 

Marque-page, signet, pierre naturelle

Une réflexion sur “Le crime du comte Neville par Amélie Nothomb

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s