L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes par Karine Lambert

L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes par Karine Lambert, 216p., Le Livre de Poche, 6,60€

Résumé

Cinq femmes d’âges et d’univers différents cohabitent dans un immeuble parisien.

Elles ne veulent plus entendre parler d’amour et ont inventé une autre manière de vivre.

L’arrivée d’une nouvelle locataire va bousculer leur équilibre. Juliette est séduite par l’atmosphère chaleureuse de cette ruche, à un détail près: l’entrée est interdite aux hommes. Va-t-elle faire vaciller les certitudes de ses voisines ou renoncer, elle aussi?

Ce roman vif et tendre oscille entre humour et gravité pour nous parler de la difficulté d’aimer, des choix existentiels, des fêlures des êtres humains et de leur soif de bonheur. On s’y sent bien.


Biographie

Karine Lambert est une photographe belge.

Ses clichés sont de minuscules instants essentiels: éclats de rire, de sensualité, de fragilité, de vérité.

Dévoreuse de livres, elle a toujours rêvé de partager sa passion pour les mots.

D’une façon ou d’une autre, avec des images ou des phrases, elle raconte ce qui la touche.

L’immeubles des femmes qui ont renoncé aux hommes a remporté en 2014 le Prix Saga Café qui couronne le meilleur premier roman belge.

Il est également en cours de traduction en plusieurs langues étrangères.


Critique littéraire

Ce magnifique écrit de Karine Lambert ferait passer un agréable moment à n’importe qui; l’auteure nous y conte, avec légèreté et humour, la drôle de vie de cinq femmes, cohabitant dans un immeuble, qui ont décidé, après une multitude de déceptions, de renoncer aux hommes. Pourquoi chipoter? Autant dire niet! d’un coup, comme on enlèverait un pansement. Mais cette existence d’apparence idéale et facilement atteignable, est-elle vraiment possible? Existe-t-il quelque chose au monde, capable de remplacer la chaleur d’un corps, le plaisir d’un baiser échangé, la sérénité après une confidence partagée, les papillons dans le ventre, le désir, la passion, les étincelles?

L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes, ainsi sont-elles appelées dans leur quartier. La Reine, Simone, Rosalie, Giuseppina, et Juliette. Cinq personnalités bien définies et attachantes. Le style d’écriture de l’auteure est très agréable à lire; le texte, étant clair et net, reste tout autant joliment formulé. J’ai été plongée dans un climat familial, convivial, rassurant, tout en me pliant de rire une multitude de fois. Un vrai petit bijou de littérature!

Je ne cacherai pas avoir ressenti une pointe de nostalgie à l’approche des dernières pages; consciemment ou non, les personnages sont extrêmement attachants, ainsi que l’histoire en elle-même. Le sujet principal étant une formidable idée suscitant beaucoup d’intérêt. Cela va sans relever l’incroyable pouvoir de Karine Lambert à nous embarquer dans son œuvre littéraire et nous faire voyager avec ces femmes originales. Un livre que je conseillerais sans aucun doute, à lire pour un moment de détente, de changement d’idées et d’oubli des soucis du quotidien.

«Le bonheur est une petite chose que l’on grignote assis par terre au soleil.»


liens

Commander L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes chez Le Livre de Poche

Commander L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes chez Club

Commander L’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes sur Amazon


Je vous remercie d’avoir choisi de lire cette critique.

À bientôt!

Le Blog Littéraire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s