Entre mes mains le bonheur se faufile par Agnès Martin-Lugand

 

Entre mes mains le bonheur se faufile Agnès Martin Lugand
Entre mes mains le bonheur se faufile par Agnès Martin-Lugand, 288 pages, Pocket, 6,60€

Résumé

Iris étouffe dans sa petite vie étriquée de la bourgeoisie de province. Un mariage qui se délite, un métier frustrant, elle s’échappe dans des drapés vaporeux et de sages petites robes sur mesure. La couture est son refuge, la machine suivant la cadence de son coeur apaisé. Jusqu’au jour de l’explosion, lorsque Iris découvre que ses parents lui ont volé ses aspirations de jeunesse.
Alors elle déchire le carcan et s’envole pour suivre la formation dont elle rêvait. Et, de fil en aiguille, sous l’égide autoritaire de l’élégante Marthe, Iris se confectionne une nouvelle vie, dans l’exubérance du Paris mondain.


Biographie

Après six ans d’exercice en tant que psychologue clinicienne dans la protection de l’enfance, Agnès Martin-Lugand se consacre désormais à l’écriture. Son premier roman, Les gens heureux lisent et boivent du café, paru en 2013 aux Éditions Michel Lafon, a connu un immense succès auprès du grand public. Il est en cours d’adaptation pour le cinéma. Son deuxième ouvrage, Entre mes mains le bonheur se faufile, est paru en 2014 chez le même éditeur. En 2015, l’auteur publie La vie est facile, ne t’inquiète pas, la suite attendue de son premier roman.


Critique littéraire

Iris a 31 ans et est mariée à Pierre depuis 10 ans lorsqu’elle découvre lors d’un dîner familial qu’elle a été trahie par ses parents. Avant de se marier avec Pierre, elle avait envoyé sa candidature dans une prestigieuse école de couture mais n’a jamais reçu de réponse. En fait, ses parents ne lui ont jamais remis l’enveloppe la contenant. En plus de ça, l’envie de faire un enfant commence brusquement à obséder son mari, alors ils mettent au point un compromis:  Iris partira à Paris pour une formation de 6 mois dans une école de couture, c’est le temps que lui laisse Pierre pour se fixer sur son avenir professionnel. Après sa formation, ils feront un enfant et Iris pourra s’abandonner à sa passion à domicile.

Iris s’installe alors dans un minuscule studio à Paris où elle réapprendra à côtoyer la solitude. Elle rendra parfois visite à Pierre, qui semble s’appliquer d’avantage dans leur relation, lui qui a toujours été si préoccupé par son travail. « Pire qu’une maîtresse », tel était le surnom que donnait Iris à l’hôpital où il travaillait.

 Marthe, la directrice de l’école d’Iris, une femme élégante et sûre d’elle, portera d’emblée beaucoup d’attention à cette dernière arrivée qui possède selon elle un énorme talent. Iris deviendra très vite sa petite protégée. Avec Marthe et les filles de l’atelier avec qui elles ont 20 ans d’écart mais se comprennent grâce à leur passion commune, Iris se sentira revivre. Et puis il y a Gabriel, accueilli il y a des années par Marthe et son mari décédé, Jules, et qui gère maintenant bon nombre de leurs entreprises. Un homme à femme qui n’inspire pas confiance et qui est pourtant irrésistible. C’est alors qu’Iris commencera à succomber à son charme que Marthe lui fera comprendre que ce rapprochement est loin de lui plaire. Elle met Iris en garde, premièrement parce que c’est un incorrigible coureur de jupons et deuxièmement, et surtout, parce qu’elle est mariée.

Alors qu’il ne lui reste plus qu’un mois et demi avant la fin de sa formation, Pierre viendra lui rendre visite à Paris à l’occasion d’un vernissage organisé par Marthe, et lui demandera de revenir à la maison sans attendre la fin de sa formation, la considérant comme étant déjà une grande couturière qui n’a plus rien à apprendre dans cette école. Son atelier dans leur grenier et leur futur bébé l’attendent.

Un grand dilemme se dresse alors devant notre héroïne: suivre Pierre pour fonder une famille et renoncer à cet épanouissement auquel elle était enfin parvenue, ou devenir une grande couturière sous les précieux conseils et les yeux admirables de Marthe et renoncer à son mariage avec Pierre pour toujours? À vrai dire, elle n’avait jamais envisagé de quitter son mari. Mais alors qu’elle s’imagine abandonner sa vie parisienne, elle sent le bouleversement s’emparer d’elle.

Ce roman m’a réellement envoûtée. En l’abandonnant sur l’étagère de ma bibliothèque, avec un marque-page calé à la page 165, le soir où j’ai entamé ma lecture, je n’ai fait que penser au lendemain, à cet instant où je pourrai enfin découvrir la suite. Sur sa couverture choisie avec soin, on découvre l’héroïne du roman assise tenant d’une main sa machine à coudre et de l’autre son carnet d’adresse se constituant de clientes obtenues grâce à Marthe. Avec une plume spontanée, claire et compatissante, l’auteur nous fait ressentir les bouleversements qu’arrivent à l’héroïne de son roman que son titre annonçait si bien.

Pour conclure en beauté, Agnès Martin-Lugand nous offre une chute renversante, nous enlevant ainsi qu’à Iris, un voile tissé devant les yeux depuis le début qu’entretenait un délicieux suspens enfin dévoilé.

C’est une lecture saisissante riche en rebondissements que j’espère avoir réussi à vous donner envie de lire car elle en vaut vraiment le détour! J’avoue m’être peut-être trop attardée sur le résumé de l’histoire (mille excuses s’il vous a semblé interminable), mais il est la preuve de l’enthousiasme qu’a déclenché en moi cette oeuvre incontournable.

Et Vous?  Avez-vous déjà lu un des livres d’Agnès Martin-Lugand ?


liens

Commander Entre mes mains le bonheur se faufile chez Pocket

Commander Entre mes mains le bonheur se faufile chez Club

Commander Entre mes mains le bonheur se faufile sur Amazon


Je vous remercie d’avoir choisi de lire cette critique.

À bientôt!

Le Blog Littéraire

9 réflexions au sujet de « Entre mes mains le bonheur se faufile par Agnès Martin-Lugand »

  1. Si j’avoue que je n’ai jamais lu cette auteure… Pourtant les couvertures et les titres de ses livres sont loin de me rendre indifférente !!!
    Je suis certaine d’aimer son écriture et ses histoires. Cet article me le prouve encore.
    Bientôt… bientôt, je lirai Agnès Martin-Lugand.
    Merci pour cette chronique ! Bien livresquement.

    Aimé par 1 personne

    1. C’était mon premier de l’auteur, et depuis la publication de cette chronique, je n’ai que de bons échos sur ses livres! Je compte en essayer encore quelques uns, j’ai vraiment bien aimé ! « Les gens heureux lisent et boivent du café  » est mon prochain, car j’ai sa suite qui traîne déjà dans ma bibliothèque ☺

      J'aime

  2. J’ai déjà lu deux de ses livres: le premier et le troisième. J’étais restée perplexe sur son écriture à la lecture du premier (« Les gens…) bien que l’histoire me touchait particulièrement. Un peu plus satisfait de « La vie est facile, ne t’inquiète pas », je mets maintenant le roman que tu nous présentes sur ma liste d’attente 🙂
    Va falloir que j’arrête de lire tes articles, ça me fait trop de livres à lire :p

    Aimé par 1 personne

    1. Ah, justement j’attends que « les gens heureux lisent et boivent du café » arrive, je l’ai commandé. J’ai déjà « la vie est facile, ne t’inquiète pas » mais j’avais pas vu que c’était la suite de l’autre, donc j’attends. Contente d’apprendre qu’il t’ait plu, je suis encore plus motivée pour le lire ! 😊😊

      J'aime

  3. Haaa Agnès Martin-Lugand ❤ J’aime beaucoup sa plume. C’est une auteure qui parvient à me faire entrer dans la tête et dans la vie de ses personnages.
    Même si j’ai apprécié « Entre mes mains le bonheur se faufile », je préfère largement « Les gens heureux lisent et boivent du café » ! Une vraie pépite.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s