Une fille parfaite par Mary Kubica

Une fille parfaite Mary Kubica
Une fille parfaite par Mary Kubica, 503 pages, Mosaïc poche, 7,90€

Résumé

«Je la suis depuis plusieurs jours. Je sais où elle fait ses courses, où elle travaille. Je ne connais pas la couleur de ses yeux, l’intensité de son regard quand elle a peur. Mais je le saurai bientôt.»

Incapable de dire non au séduisant et énigmatique inconnu qu’elle vient de rencontrer dans un bar, Mia Dennett, jeune héritière d’une des familles les plus en vue de Chicago, accepte de le suivre jusqu’à chez lui. Sans savoir qu’elle a commis une grave erreur. Et qu’après ce soir-là rien, jamais, ne sera plus comme avant.

Avec Une fille parfaite, Mary Kubica mène un récit à trois voix fondé sur une construction incroyablement précise et ingénieuse. Sans jamais le déflorer, l’auteur confère profondeur et intensité au mystère qui entoure le kidnapping de Mia – jusqu’à la révélation finale qui fait voler en éclats les apparences et donne toute son ampleur à cette histoire bouleversante.

Vous n’oublierez pas Une fille parfaite.

Vous n’oublierez pas Mia.


Biographie

Après des études d’art et d’histoire de la littérature américaine, Mary Kubica a d’abord été enseignante. Aujourd’hui devenue écrivain, cette passionnée de Dickens et de Hemingway vit près de Chicago, la ville dont est originaire Mia, l’héroïne d’Une fille parfaite.

Une fille parfaite est son premier roman. Il a été unanimement salué par la presse.


Critique littéraire

Je n’en reviens pas de collectionner autant de coups de coeurs depuis le début de cette année 2017. Après Un roman français, Ces gens qui ont peur d’avoir peur, Entre mes mains le bonheur se faufile et Le premier jour du reste de ma vie, place à l’excellent thriller psychologique de Mary Kubica Une fille parfaite.

Je n’ai pu qu’être admirative face à la structure travaillée du livre où chaque chapitre nous est conté par un narrateur différent. Calvin, Gabe et Eve prendront tour à tour la parole, pour s’exprimer dans le passé, le présent ou le futur sur leur lien avec Mia.

Mia est la « jeune fille parfaite » qui se fait un jour enlever par un kidnappeur qui connaissait son emploi du temps sur le bout des doigts. Dans la voiture, la jeune fille apeurée regarde son ravisseur en essayant de percer ses pensées qui sont bien différentes de toutes les horreurs qu’elle peut s’imaginer en ce moment. Calvin a toujours connu les mauvais plans, mais il n’avait encore jamais kidnappé quelqu’un. Comprenant rapidement les répercutions que son geste va engendrer, il décide de ne pas livrer Mia à son patron et prend la direction d’une cabane au fond des bois au milieu de nulle part. Pourquoi ne livre-t-il pas Mia à son patron? Pourquoi avoir choisi cette cabane? Qui a ordonné de kidnapper Mia? Qu’adviendra-t-il d’eux et que compte-t-il faire d’elle?

La mère de Mia, Eve, nous comptera l’inquiétude qui a bercé ces jours horribles où elle entendait, à chaque nouveau coup de sonnette, les pas de sa fille sur le bas de la porte. Retrouver Mia était sa seule préoccupation, noyée dans un quotidien répétitif en compagnie d’un mari infidèle qui passe ses nuits dans une chambre à côté de la sienne.

L’inspecteur Gabe, quant à lui, fera de son mieux pour retrouver la jeune fille disparue le plus vite possible, saine et sauve, en accordant toute l’attention à Eve qu’il estime que son mari devrait lui accorder.

Je me suis tellement attachée aux personnages de Mia et de Calvin, que j’en ai voulu à l’auteur de m’enlever violemment un des deux narrateurs à l’approche des dernières pages. D’ailleurs, si je puis vous donner un conseil, ne refermez surtout pas le roman sans avoir lu l’épilogue qui contient une chute que je n’ai pas du tout vue venir. Ce retournement de situation m’a arraché un « Oh! » d’étonnement. Je me suis remise à me repasser les conversations des personnages et les événements qui leur sont arrivés dans mon esprit où ils prenaient à présent un sens nouveau. C’était d’ailleurs assez flagrant, mais je me suis laissée berner en beauté par l’auteur. Et ce fut tellement agréable!

Je ne suis pourtant pas une grande adepte de thrillers, et je fut stupéfaite de découvrir que c’en était un. C’est une histoire puissante, poignante et prenante qui me met d’accord avec deux phrases mentionnées en quatrième de couverture: « Vous n’oublierez pas Une fille parfaite. Vous n’oublierez pas Mia. »


liens

Commander Une fille parfaite chez Club

Commander Une fille parfaite sur Amazon


Je vous remercie d’avoir choisi de lire cette critique.

À bientôt!

Le Blog Littéraire

15 réflexions au sujet de « Une fille parfaite par Mary Kubica »

  1. Voici une chronique parfaite pour une fille parfaite. J’ai eu le même ressenti que toi : J’ai trouvé la construction du roman très subtile et très bien réalisée.
    J’ai aimé aussi la psychologie des personnages. Tout s’imbrique parfaitement. Cette auteure vaut le détour.
    À bientôt.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s