La porte par Magda Szabo

La porte par Magda Szabo
La porte par Magda Szabo, 352 p., Le Livre de Poche, 7,90€

Résumé

«C’est moi qui ai tué Emerence. Je voulais la sauver, non la détruire, mais cela n’y change rien.»

La Porte est une confession. La narratrice y retrace sa relation avec Emerence Szeredás, qui fut sa domestique pendant vingt ans. Tous les oppose : l’une est jeune, l’autre âgée ; l’une sait à peine lire, l’autre ne vit que par les mots ; l’une est forte tête mais d’une humilité rare, l’autre a l’orgueil de l’intellectuelle. Emerence revendique farouchement sa liberté, ses silences, sa solitude, et refuse à quiconque l’accès à son domicile. Quels secrets se cachent derrière la porte ?

Chef-d’oeuvre de la littérature hongroise dont le succès fut mondial, prix Femina étranger en 2003, La Porte a été élu meilleur livre de l’année 2015
par le New York Times.

Une remarquable romancière. Le Monde des livres.

Un livre original, superbe, émouvant. Le Figaro.

Un roman et un auteur, mais aussi, ce qui est plus rare,
un personnage qu’on n’oubliera jamais. Libération.


Biographie

Magda Szabo est née en 1917, à Debrecen, capitale du protestantisme hongrois. Après des études de lettres classiques, de langue et littérature hongroise, et d’histoire, elle commence à publier après la Seconde Guerre mondiale. Mais ses œuvres sont vite mises à l’index par le nouveau régime communiste au pouvoir. Redécouverte à l’étranger suite au couronnement de La Porte par le prix Femina en 2003 (éd. Viviane Hamy), elle est progressivement devenue la figure majeure des lettres hongroises. En 2015, La Porte a été élu le meilleur livre de l’année 2015 par le New York Times.


Critique littéraire

« Apprenez qu’on ne retient pas celui dont l’heure a sonné, parce que vous ne pouvez rien lui donner qui remplace la vie. »

Dans ce merveilleux chef-d’oeuvre, la narratrice nous place au milieu de son quartier où elle vit avec son mari après la Seconde Guerre mondiale. Écrivaine, elle engagera Emerence en tant que domestique, et cette rencontre va littéralement remplir sa vie. On ne saurait ne pas ressentir cet immense amour que se vouent les deux femmes sans jamais se l’avouer.  Si Magda Szabo a fait le choix de centrer son texte sur un seul personnage, son choix n’est pas anodin. Secrète, serviable, ferme mais juste, Emerence possède une personnalité hors du commun qu’elle s’est forgée avec le traumatisme de son enfance et de la guerre. Emerence a aimé la narratrice et son mari comme ses propres enfants, et il y a beaucoup à apprendre de leur relation.

Il s’agit de l’un de ces livres qui vous frappe et vous marque, un énorme coup de coeur avec une histoire mais surtout un personnage inoubliables. Sans qu’il ne se passe de véritables événements, Magda Szabo nous chamboule de l’intérieur.

« Lorsqu’on commet l’impardonnable, on ne s’en rend pas toujours compte, mais quand on l’a fait, quelque chose en nous le sait. »

Ce livre touche absolument à tout ce qui fait notre humanité, à tout, sauf à nos larmes. Je n’ai pas pleuré, je n’en ai pas eu envie, mais je peux vous dire que c’est l’un des livres qui m’a le plus touchée et marquée, même si j’aurais aimé que la mort d’Emerence se ressente plus émotionnellement parlant. La retransmission de ce qu’avait été Emerence est si intense que j’aurais eu l’impression de la trahir en commençant un nouveau livre avec un autre personnage principal le soir-même. Je regrette que mon anglais ne soit pas encore à un niveau assez élevé pour pouvoir me permettre de regarder The door, que je regarderai sûrement en version sous-titrée, tant je ne suis pas encore prête à me séparer de l’héroïne (qui est ici Emerence, et non la narratrice). J’ai l’impression que rien de ce que je pourrais dire n’arriverait à la hauteur de ce qu’a déclenché en moi ce roman. Quel livre choisir de lire à présent? Lequel arrivera-t-il seulement à la hauteur de La Porte?

« […] et le collaborateur de la télévision me harcelait de questions, à quoi je pensais, à qui je devais de vivre cette journée, je lui répondis que je le devais notamment à Emerence qui s’était chargée de tout ce qui aurait pu m’empêcher d’écrire, tant il est vrai que derrière toute réussite se cache une personne invisible sans qui il n’est pas d’oeuvre possible. »


liens

Commander La Porte chez Le Livre de Poche 

Commander La Porte chez Club

Commander La Porte sur Amazon


Je vous remercie d’avoir choisi de lire cette critique.

À bientôt!

Le Blog Littéraire

2 réflexions au sujet de « La porte par Magda Szabo »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s