Le livre du Thé par Okakura Kakuzô

Le livre du thé
Le livre du Thé par Okakuro Kakuzô, 168p., Synchronique Éditions,12,90€

DINING IN TOKYO

À travers la Voie du Thé, Okakura nous révèle la quintessence de l’âme japonaise. C’est une porte ouverte vers l’Orient et son raffinement matériel comme spirituel.

Enfant du zen et du Tao, la Voie du Thé est un véritable art de vivre qui, par le partage d’un délicieux breuvage, invite à revenir à l’essentiel: apprécier la beauté partout présente et la magie de l’instant.

Publié en 1906, Le livre du Thé est un classique dont le propos, dans le fracas et l’agitation du monde d’aujourd’hui, n’a jamais été aussi actuel.

Des estampes d’Hokusai, dont l’oeuvre incarne tout à la fois la tradition japonaise et l’audace de l’ouverture, en enrichissent la lecture.


Biographie

Fils d’un samouraï de haut rang, Okakura Kakuzô naît le 14 février 1862 à Yokohama, huit ans à peine après l’ouverture de la baie de Tôkyô aux navires étrangers par le commodore Perry – ce qui signifia l’ouverture du Japon tout entier, après deux siècles et demi d’isolement.

Il est donc très tôt au contact des langues et cultures occidentales, langues dont il poursuit l’étude à l’Université impériale de Tôkyô dès 1877. Il s’y lie d’amitié avec le professeur de philosophie américain Ernest Fenollosa, avec qui il sera bientôt chargé par le gouvernement de recenser et de préserver le patrimoine artistique national, alors menacé par la modernisation galopante du pays.

Okakura participe à la fondation de la première Académie des Beaux-arts à Tôkyô, dont il devient administrateur en 1890, puis il fonde en 1898 l’Institut des Beaux-arts du Japon. En 1904, il est invité aux États-Unis et commence à travailler au Musée des Beaux-arts de Boston, dont il deviendra conservateur du Département des Arts chinois et japonais, poste qu’il occupera jusqu’à sa mort, le 2 septembre 1913. Ses fonctions l’amèneront à voyager fréquemment entre l’Amérique, l’Europe et l’Asie.

Après un premier essai sur Les Idéaux de l’Orient en 1904, dont les premiers mots sont demeurés célèbres (« L’Asie est une« ), il publie en 1906 Le livre du Thé, rédigé également en anglais et dont les enjeux sont similaires: exposer, à travers la cérémonie du thé japonais, les valeurs traditionnelles de l’Orient alors méconnues en Occident.

Apprécié dans nombre de cercles de la haute société, Okakura influença des personnalités aussi diverses que le philosophe Martin Heidegger, les poètes Ezra Pound et Rabindranâth Tagore, ainsi que la collectionneuse d’art Isabella Stexart Gardner, chez qui il donna sa première lecture du Livre du Thé.


critique littéraire

Le thé n’a pas l’arrogance du vin, ni la prétention du café ou l’innocence enjôleuse du cacao.

J’ai découvert ce petit livre au format cadeau illustré par de jolis dessins grâce à simplement.pro et comme il ne se passe pas une journée sans que je n’avale plusieurs tasses de thés, j’ai voulu en savoir plus sur ses origines. Je fus d’ailleurs surprise d’y découvrir que l’Angleterre, que l’on pourrait, de nos jours, appeler « Le Pays du Thé », n’accueillit celui-ci qu’en 1650, contre 1636 pour la France et 1638 pour la Russie. Aussi, on nous y répond par la négative à la question « existe-il une recette pour faire le thé parfait? » car il y a de bons et de mauvais thés et autant de façons de le préparer, car « chaque préparation de feuilles a sa particularité, ses affinités spécifiques avec l’eau et la chaleur et sa propre manière de conter une histoire ».

Okakura Kakuzô y développera surtout les différentes traditions Japonaises et mettra en évidence quelques grandes différences entre l’Orient et l’Occident. Il nous parlera de leur conception du zen, selon laquelle la grandeur réside dans les plus modestes péripéties de l’existence. Et tout l’idéal de la voie du Thé provient justement de cette conception du zen, qui met en pratique les idéaux esthétiques fournis par le taoïsme. Quant à la plante du thé, on apprendra qu’elle est originaire du Sud de la Chine et est connue depuis longtemps par la botanique et la médecine chinoises, qui la vénéraient pour ses différentes vertus telles que soulager la fatigue, réjouir l’âme, fortifier la volonté ou encore rectifier la vue.

La chambre de thé et son aménagement s’avèrent être tout aussi importants que la préparation et la dégustation du breuvage. En effet, il existe quelques règles pour la décorer: elle doit être absolument vide à l’exception des objets que l’on y place temporairement, selon son envie, son état d’esprit et son penchant esthétique du moment. Une oeuvre spécifique y est donc installée pour l’occasion et tout le reste est choisi et disposé afin de mette cette dernière en valeur. Car tout comme on ne peut écouter plusieurs morceaux de musique à la fois, « on ne saisit la beauté qu’en contemplant le motif principal de l’oeuvre ».

« Notre perception du tout ne doit jamais se dissoudre dans celle de l’individu. »

Je fus très étonnée de découvrir à quel point ce livre écrit en 1906 est actuel! Même s’il fut par moments difficile à comprendre et a demandé de la concentration, on en ressort grandis après avoir lu énormément de sages paroles qui nous rappellent l’humanité et nous laissent avec un intérêt naissant pour les traditions et la culture Japonaises.

« Il est fort regrettable que, de nos jours, une si grande part de l’enthousiasme apparent pour l’art n’émane pas d’une émotion sincère. Dans cette époque qui est la nôtre, les hommes réclament à grands cris ce que la foule porte au pinacle, sans prêter attention à leurs propres émotions. Ils désirent le coûteux, et non le raffiné; ce qui est à la mode, et non ce qui est beau. »


Remerciements

Je remercie chaleureusement Synchronique Éditions pour l’envoi de l’ouvrage.


Commander livre

Commander Le livre du Thé chez Synchronique Éditions

Commander Le livre du Thé chez Club

Commander Le livre du Thé sur Amazon


Je vous remercie d’avoir choisi de lire cette critique.

À bientôt!

Le Blog Littéraire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s