Citations « Aux sources inaltérables de la joie » de Omraam Mikhaël Aïvanhov

Omraam Mikhaël Aïvanhov, Éditions Prosveta

 

Les exercices et les efforts que les humains auront à faire au cours de leur existence seront donc sans fin. Alors, au lieu de se plaindre et de se révolter d’avoir encore un fardeau à porter, un obstacle à franchir, ils doivent d’abord comprendre la cause de ces épreuves et leur sens, et puis aussi se réjouir d’avoir de nouvelles expériences à tenter, de nouvelles vérités à découvrir, car ces expériences et ces vérités sont les seules véritables richesses. Si, après une épreuve, leur force et leur foi et leur amour augmentent, c’est qu’ils ont bien passé l’examen, et cette force, cette foi, cet amour plus grands sont comme des diplômes qu’ils ont reçus.

 

À voir les réactions et le comportement habituels de certaines personnes, on dirait qu’elles ressentent la vie comme une divinité ennemie qui chercher le moyen de les anéantir. La vie est la plus grande puissance qui existe, mais elle n’a aucune volonté d’anéantir les humains. Les difficultés et les obstacles placés sur notre route ont pour but de nous renforcer, pas de nous détruire, et c’est à nous de concilier cette puissance qu’est la vie en apprenant à travailler avec elle.

 

Commencez donc par ne jamais vous plaindre en pensant que le destin s’acharne sur vous. Et ne vous imaginez pas non plus qu’avec une vie facile, lisse, vous seriez plus heureux. Non, avec une vie facile et lisse, vous stagneriez, c’est tout. Si vous voulez avancer, vous rendre utile, vous devez apprendre avec quelle sagesse l’Intelligence cosmique a créé la nature et l’homme, et vous verrez les réponses qu’elle vous donnera.

 

 

Ceux que l’on dit courageux ne sont pas ceux qui ne ressentent pas la peur, mais ceux qui ont appris à la dominer.

 

Quoi qu’il arrive, un vrai sage sait que la seule réalité, en lui-même et dans tous les êtres, est ce sommet inaccessible à l’abri de toutes les tribulations: l’esprit, cette étincelle que Dieu a communiquées à la créature humaine; c’est pourquoi il n’éprouve aucune crainte, ni pour lui-même, ni pour les autres.

 

Si vous avez vraiment besoin d’être compris et apprécié, choisissez bien ceux dont vous souhaitez l’estime. Que gagne le miel à être apprécié par les guêpes, l’agneau par le loup, ou le riche par les voleurs?… Vous direz que vous savez cela. En êtes-vous bien sûr? Êtes-vous sûr que, pour vous attirer l’approbation ou les applaudissements des autres, vous ne faites jamais rien contre la justice, la sagesse, la bonté, la générosité, la beauté?

 

Par une multitude de ramifications, nous apprenons à l’Être cosmique, nous sommes identiques à cet Être cosmique. C’est pourquoi; si dans le plan physique nous pouvons nous croire séparés, dans les régions subtiles nous sommes liés, et nous ne pouvons faire du mal ou du bien aux autres sans nous en faire aussi à nous. Quand vous vous serez imprégné de cette idée, vous comprendrez qu’avant de pouvoir faire du bien aux autres, vous devez commencer par vous en faire à vous.

 

Mais où sont les êtres conscients de ces réalités spirituelles et décidés à s’aider eux-mêmes afin d’aider le monde entier? N’oubliez jamais que tout ce que vous faites de bon ou de mauvais sur vous-même et pour vous-même, se reflète sur les autres. C’est une loi, et rien n’est plus important que de connaître les lois qui régissent la nature et notre monde intérieur afin de participer à un travail réellement bénéfique pour toute l’humanité.

 

La patience possède de merveilleux pouvoirs. Soyez patient et vous vivrez plus longtemps. Vous direz: « Mais ce n’est pas possible, il faut dépenser tellement d’énergies pour supporter les situations et les gens difficiles! » Non, au contraire. C’est dans l’impatience que vous gaspillez le plus d’énergies. Le calme et la patience renforcent la vitalité et prolongent la vie. Celui qui, après avoir explosé, s’exclame: « Ah! je me sens mieux! » ne se rend pas compte que ce « mieux » est en réalité une grande perte. Qu’il s’analyse pour savoir ce qui se sent mieux en lui, sa nature supérieure ou sa nature inférieure? Et un moment après, en repensant à cette explosion, est-il vraiment content de lui? Ne se dit-il pas qu’il aurait mieux valu pour lui de se maîtriser?

 

 

Après avoir cru découvrir quelques affinités entre eux, les hommes et les femmes décident souvent de vivre ensemble; et, malheureusement, il peut arriver que ce rapprochement leur révèle combien, en réalité, ils sont éloignés l’un de l’autre, étrangers même. D’autres, au contraire, peuvent se sentir toujours ensemble tandis qu’une grande distance physique les sépare. Alors, qu’est-ce qui est le plus important: sentir la présence d’un être qui n’est pas là, ou bien l’avoir tout près et le sentir intérieurement très loin?…


Omraam Mikhaël AÏvanhov, Éditions Prosveta


Omraam Mikhaël Aïvanhov, Éditions Prosveta


Capture


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s